• Robin Gounet

Pourquoi l’impact territorial est-il l’un des meilleurs outils pour lancer une politique RSE ?



Dans les années 90, les préoccupations environnementales grandissantes de la société civile n’ont pas tardé à s’immiscer au sein des entreprises. Bien que seuls les grands groupes y soient sensibles dans un premier temps - le législateur français s’étant emparé du sujet dès 2001 avec la loi NRE à destination des entreprises cotées – les entreprises de toutes tailles vont rapidement se mettre au diapason.


En 2019, avec la possibilité laissée aux entreprises d'inscrire une « raison d'être » dans leurs statuts et d'adopter un nouveau modèle, celui de « société à mission », le gouvernement d’Édouard Philippe consacre définitivement la RSE à travers la loi Pacte.


Malgré un sujet de plus en plus prégnant, la RSE reste un concept flou pour beaucoup, souffrant d’un manque de clarté et d’efficacité dans sa communication.


C’est à cet instant de son histoire que la RSE croise le chemin de l’impact territorial, n’ont pas pour donner lieu à une cannibalisation mais bien au contraire, les deux concepts complémentaires peuvent donner naissance à une véritable synergie.



1) Un outil pratique et adapté


Le bilan d’impact territorial se présente comme l’outil privilégié pour lancer une politique RSE.


Tout d’abord, car les indicateurs mis en avant dans un bilan permet de rendre compte de quatre des cinq piliers de la RSE :


  • Social. Le bilan présente les emplois générés directement et indirectement par l’activité de l’entreprise sur le territoire national.


  • Économique. Le bilan mesure la création de richesse générée par l’activité de l’entreprise à travers le chiffre d’affaires apporter à ses fournisseurs, ainsi que la sommes des taxes et impôts levés.


  • Territorial. Le bilan présente la ventilation géographique de la création de richesse sur les différents départements français.


  • Environnemental. Le bilan d’impact territorial calcule le niveau de circularité de votre entreprise en mesurant notamment la proximité de vos fournisseurs.


De plus, la technologie qui se cache derrière un bilan offre des solutions clés en main. Non seulement le client a accès à une automatisation des étapes primordiales dans une démarche RSE : état de l’art, étude de filière, étude de marché et audit stratégique mais aussi à une surveillance automatique et rapprochée de ses fournisseurs. Celle-ci pouvant prévenir d’une réduction drastique des salariés ou de leur salaire voire une éventuelle délocalisation contradictoire avec vos engagements RSE.


Ainsi, le bilan d’impact territorial s’impose comme un véritable garde-fou des engagements RSE.




2) La transparence au service de la communication


Un bilan d’impact territorial permet la validation d’une politique de RSE sans en occulter sa mesure.


En s’affranchissant sur la forme du label, le bilan décide de faire tomber les obstacles à une bonne compréhension des résultats. Ainsi, la mise en avant des indicateurs clés nécessaires à la mesure d’une politique RSE est à la fois un gage de transparence et aussi l’atout principale d’une communication institutionnelle efficace.


En décidant d’exploiter uniquement les données collectées depuis des décennies par le ministère de l’économie, le bilan d’impact territorial se soustrait aux lourdeurs administratives de l’audit et contourne les aléas du déclaratif. Étant donné la densité et la complexité de tels fichiers, ce choix fort n’est rendu possible que par l’avènement de l’informatique.


Une fois le défi technologique relevé, le traitement d’une donnée brute dont la fiabilité est garantie par l’assermentation des commissaires aux comptes, permet au bilan de ne souffrir d’aucune accusation en légitimité.


Pour autant, aussi rigoureuse soit-elle, une politique RSE inconnue ou incomprise des salariés n’exploite pas le plein potentiel de ses engagements. S’engager c’est bien, le faire savoir c’est mieux !


Les entreprises ont toutes les raisons de faire valoir leur politique RSE auprès des salariés car celle-ci peut se muer en une véritable force mobilisatrice derrière laquelle ils seront fiers de se ranger.